Lorsque j’ai eu l’idée de mener le projet Home Away from Home aux côtés de mes cousins émigrés aux États-Unis, et après avoir pris contact avec eux au téléphone, j’ai ressenti le besoin de renouer avec cette part de ma famille et de ma vie. Je n’avais pas revu mes cousins depuis mon enfance à Gaza. J’ai donc commencé une série de dessins de mémoire, au crayon et à l’aquarelle. Pour me rappeler leurs visages et leur apparence d’abord, puis imaginer à quoi ils pouvaient ressembler aujourd’hui. Ensuite, toujours d’après mémoire, j’ai dessiné des sortes de “photos souvenir”, des “instantanés” de leurs visites estivales à Gaza dans les années 1970. Puis, avant et pendant le projet, j’ai mis sur papier des souvenirs d’enfance qui ont ressurgi. Les dessins “Jet Lag”, “Sans titre / Eau” et “Sans titre / Sable”, quant à eux, sont des sortes d’installations, objets ou sculptures possibles inspirés de mes voyages entre Paris et les États-Unis, entre la Floride et la Californie.